ADAPTATION DES MODALITÉS DE PASSAGE DES EXAMENS NATIONAUX

Au regard des incertitudes sur les évolutions de la situation sanitaire, la perturbation dans l’apprentissage des élèves et la complexité d’organisation de nos examens Nationaux, « Il n’est pas possible, comme l’a dit le Premier ministre, que les élèves puissent passer le baccalauréat dans les conditions normales. »

Ces épreuves se traduisent en effet, chaque année, par la convocation de plus de deux millions d’élèves, en France mais aussi à l’étranger, de la mi-mai au début du mois de juillet. Préparées dès le mois de septembre, elles impliquent plusieurs semaines de mobilisation des personnels du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, l’impression de plusieurs centaines de sujets, représentant plus de 100 millions de pages, et la convocation d’épreuves successives réunissant de très nombreux candidats dans les mêmes salles.

En outre, après le retour des élèves en classe, l’enjeu principal sera de consacrer l’essentiel du temps aux apprentissages afin de limiter d’éventuels retards et de permettre une poursuite d’études au lycée et dans les formations du supérieur dans de bonnes conditions.

Après une large consultation des partenaires sociaux, des fédérations de parents d’élèves, des délégués nationaux et académiques des lycéens, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a proposé au Président de la République et au Premier ministre des aménagements qui tiennent compte de trois critères essentiels :
- le critère sanitaire ;
- le critère pédagogique ;
- le critère logistique.

Le principe général : l’ensemble des épreuves du diplôme national du brevet et du baccalauréat général, technologique et professionnel sont validées à partir des notes du livret scolaire, à l’exception de l’épreuve orale du baccalauréat de français qui est maintenue.

En pratique, pour les élèves de lycées professionnels :

Les épreuves de BEP, de CAP et de baccalauréat professionnel sont validées sur la base du contrôle en cours de formation déjà passés et du livret scolaire. Ils sont eux aussi attribués par un jury d’examen, présidé dans chaque académie par un universitaire. Ce jury s’assure de l’harmonisation des notations et de l’égalité de traitement des candidats. Chaque livret scolaire, chaque situation individuelle sera examinée.

La solution présentée est la plus simple, la plus sûre et la plus juste dans les temps incertains que nous vivons. Cette solution permet également aux élèves un retour à l’école dans un climat serein d’apprentissage.

Source : https://www.education.gouv.fr

Voir en ligne : Bac, brevet 2020 : les réponses à vos questions